Friday, May 15, 2020



About the Video - Note sur la vidéo



In the middle of March, 2020, I began taking one picture every day, of the tree outside the window of my home on the Avenue de Flandre in Paris, then posting it on Instagram. That’s also about when Paris went into lockdown, and I started working on the song All Over The World.

In previous years, because I wasn’t watching carefully, it seemed to me that that tree – a rather ordinary linden tree as far as I know – went from bare to lush green in a matter of seconds. I knew that couldn’t be true, and I wanted to capture the moment when it started to burgeon, then see exactly how many days it took for its branches to fill up. My tree seemed to be the last on the block to show any sign of life. I began to wonder if it weren’t dead.

In the meantime, I was looking around for a way to make a music video, one which would underscore the paradoxical feelings of isolation and connection which, for me, tied the song to the strange moment in history.  I couldn’t shoot new footage because I couldn’t go outside. And rights-free footage available online didn’t seem to offer a lot of interesting possibilities. Then, as I was taking a picture of the tree for the thirty-eighth consecutive day, it occurred to me that I may not be the only one looking out his window with a particular kind of attention and concentration.

Baptiste Magnien, a close friend and a remarkable maker and manipulator of moving pictures, a magician of cinematography, immediately liked my idea. I hadn’t even finished explaining the concept – to ask people from all over to contribute some film taken from their windows – when he said, “Right, but start inside, a few paces back from the window, so we can see it is a window. Otherwise we’ll just have some unidentifiable moving postcards and no one will understand.”

I went to my daughter, who has lived in Chile and spent some months in Thailand and made lots of friends along the way, to ask if she would help. I asked my partner Véronique to pitch in with her friends and relations in Spain and Latin America. I have a friend named Tomoko, who is Japanese and has lots of ties to people in Asia, so I contacted her. And I asked my friend Nathalie, a teacher who is French and has been living abroad and teaching in Lycées Français in Romania, India and Morocco for years and has many, many good friends and former students, everywhere. They all said yes.

Through them, and by my own mostly French, Irish and American network of friends and family, I hoped to scare up 100 homemade films, of which about 75 might contain usable material. In the end, thanks to the tireless efforts of four people, I received 258 contributions from 117 unique locations in Europe, Asia, South America, North America, Central America, the Middle East, New Zealand and Africa. Places I never hoped to include – like Myanmar, Nicaragua, Niger, Qatar, Indonesia – were represented. They weren’t all perfect, but the quality was mostly much better than I anticipated. I began importing them, watching them, copying them, sending them on by WeTransfer to Baptiste, who was cutting the film from lockdown in a small house in a village not far from Le Mans. In record time, he came up with a montage that followed the progress of the song, one that was as musically pleasing as it was visually coherent.

What emerges from the clip is not what I originally imagined. When I watch it I am struck by how generous people are, with their interiors as well as their exteriors. It’s like they are all saying, “Look at my tree, see through my eyes and through my window, here is my room, here is my garden. This is me, this is us, this is my point of view.”

It is natural and human to want to put the best spin on things – the window in my kitchen looks out on a splendid Paris courtyard and so the tree outside my office window didn’t make the final cut – but I would have thought I’d see more back alleys and parking lots and weather-stained walls. I also (probably naively) expected to be able to recognize from one look outside a random window which country I was in. And I found that Belfast looks a lot like Chicago, that Beijing can resemble Pantin, and Rabat isn’t so terribly different from Los Angeles.

Of course, my friends and the friends of my friends and family live in relative comfort and the video did not seek to reflect the economic disparity – and injustice – that exists in the world. One woman in India, who had originally agreed to contribute, wrote me a note saying, “I can’t make this video… I live in a nice apartment, I have work and I have enough to eat. Here, as in many countries, there are millions of poor people, homeless or sharing a small shack with twenty people, who don’t know where their next meal will come from… I’m sad, I don’t want to show where I live.”

I won’t trivialize her objection by saying the point of All Over The World isn’t at odds with her sentiment. We are mostly showing a certain geographical cross-section of humanity’s middle-class windows, and I know they are almost exclusively among the very lucky ones.  

I am supremely lucky. I look out on a busy boulevard in Paris, France, close to the ground where you can smell the gasoline and feel the Métro rumble underground. For my tree, the annual miracle occurred this year over four days, between April 7th and April 10th. Not in seconds, but pretty damn fast. Around the time I got done working on the song, the tree was thick with new leaves. Now, when I look outside, I feel I know my tree a little better and there is some satisfaction in that. And I am grateful to my tree, for giving me an idea.

The clip’s message is a perfect extension, variation and multiplication of my song’s lyric theme. In ordinary and familiar places, by paying close attention, I find beauty, you find things you can’t easily define, we concoct a new approach because the future is coming fast. Here, in my friend Baptiste’s cut of the homemade videos we all made during this unusual time, to illustrate the song my musician friends and I recorded together in our separate rooms, is a little honesty.



 *****************************************************


À la mi-mars 2020, j'ai commencé à prendre une photo par jour de l'arbre devant la fenêtre de chez moi, avenue de Flandre à Paris, et à la poster sur Instagram. C'est à peu près au même moment que Paris est entré en confinement, et que j'ai commencé à travailler sur la chanson All Over The World.


Les années précédentes, comme je ne l'observais pas avec attention, il me semblait que cet arbre - un tilleul tout à fait ordinaire autant que je sache - passait de décharné à verdoyant en une poignée de secondes. Je savais que ça ne pouvait pas être vrai, et je voulais immortaliser le moment où il commençait à bourgeonner, puis voir exactement combien de jours il lui fallait pour que ses branches se remplument. Mon arbre semblait le dernier du quartier à manifester le moindre signe de vie. Je commençais à me demander s'il n'était pas mort.

Au même moment, je cherchais un moyen de faire un clip musical qui pourrait souligner les sentiments paradoxaux d'isolation et de connexion qui, pour moi, rattachait la chanson à cet étrange moment de l'Histoire. Impossible de tourner de nouvelles images puisque je ne pouvais pas sortir. Et les images libres de droits disponibles sur Internet ne semblaient pas m'offrir beaucoup de possibilités intéressantes. Et puis, tandis que je prenais une photo de mon arbre pour le trente-huitième jour consécutif, il m'est apparu que je n'étais peut-être pas le seul à regarder par sa fenêtre avec une attention et une concentration particulières.

Mon idée a immédiatement plu à Baptiste Magnien, qui est à la fois un ami proche et un remarquable faiseur et manipulateur d'images qui bougent, un magicien de la cinématographie. Je n'avais même pas fini de lui expliquer le concept - demander à des gens du monde entier de fournir un bout de film tourné depuis leur fenêtre - quand il m'a dit : "Oui, mais commence à l'intérieur, à quelques pas en retrait de la fenêtre, pour qu'on voie que c'est une fenêtre. Sinon, on n'aura que des cartes postales animées impossibles à identifier et personne ne comprendra."

Je me suis adressé à ma fille, qui a vécu au Chili et séjourné quelques mois en Thaïlande en se faisant plein d'amis au passage, pour lui demander de m'aider. J'ai demandé à ma compagne, Véronique, de participer à travers famille et amis en Espagne et en Amérique Latine. J'ai contacté mon amie Tomoko qui est japonaise et qui a de nombreuses connexions en Asie. J'ai aussi demandé à mon amie Nathalie, une enseignante française vivant à l'étranger qui a exercé dans des Lycées Français en Roumanie, en Inde et au Maroc et qui a quantité de bons amis et d'anciens élèves partout dans le monde. Ils ont tous accepté.

Par leur intermédiaire, et par mon propre réseau de famille et d'amis majoritairement américain, irlandais et français, j'espérais dégoter une centaine de films amateurs, dont peut-être 75 contiendrait du matériel utilisable. Au bout du compte, grâce aux efforts sans relâche de quatre personnes, j'ai reçu 258 contributions venant de 117 endroits distincts en Europe, Asie, Amérique du Sud, Amérique du Nord, Amérique Centrale, Moyen-Orient, Nouvelle-Zélande et Afrique. Des endroits que je n'aurais jamais pu espérer inclure - comme le Myanmar, le Nicaragua, le Niger, le Qatar, l'Indonésie - étaient représentés. Toutes n'étaient pas parfaites, mais dans l'ensemble la qualité était bien supérieure à ce à quoi je m'attendais. J'ai entrepris de les importer, les regarder, les copier, les envoyer par WeTransfer à Baptiste qui montait le film depuis son confinement dans une petite maison de campagne près du Mans. En un temps record, il a conçu un montage qui suivait la progression de la chanson en étant à la fois musicalement séduisant et visuellement cohérent.

Ce qui ressort du clip n'est pas ce que j'avais imaginé à l'origine. Quand je le regarde, ce qui me frappe c'est à quel point les gens sont généreux, avec leurs intérieurs autant que leurs extérieurs. C'est comme s'ils disaient tous :"Regardez mon arbre, voyez à travers mes yeux et ma fenêtre, ceci est ma chambre, ceci est mon jardin. Me voici, nous voici, voici mon point de vue."

Il est naturel et humain de vouloir présenter les choses sous leur meilleur jour - la fenêtre de ma cuisine donne sur une magnifique cour parisienne, donc l'arbre devant la fenêtre de mon bureau n'a pas été gardé au montage - mais je pensais voir davantage de ruelles sombres, de parkings et de murs décrépis. Je m'attendais aussi (peut-être naïvement) à être capable d'identifier le pays dans lequel je me trouvais d'un simple coup d'œil par une fenêtre quelconque. J'ai découvert que Belfast ressemble beaucoup à Chicago, que Beijing peut rappeler Pantin, et que Rabat n'est pas si différent de Los Angeles.

Bien sûr, mes amis et les amis de mes amis et de ma famille vivent dans un confort relatif et le clip ne cherchait pas à refléter la disparité économique - l'injustice - qui existe dans le monde. Une femme en Inde, qui avait initialement accepté de participer, m'a écrit un mot :" Je ne peux pas faire cette vidéo... Je vis dans un bel appartement, j'ai du travail et j'ai assez à manger. Ici, comme dans beaucoup de pays, il y a des millions de pauvres, sans abri ou à 20 dans une petite baraque, sans savoir comment payer un repas... Je suis triste et je ne veux pas montrer où je vis."

Je ne dévaloriserai pas son objection en disant que le propos de All Over The World  n'est pas incompatible avec son sentiment. Nous montrons un échantillon géographique de fenêtres pour l'essentiel de la classe moyenne, et j'ai conscience qu'elles appartiennent quasi exclusivement aux plus chanceux de l'humanité.

Je suis extrêmement chanceux. Mes fenêtres donnent sur un boulevard animé de Paris, près du sol, d'où montent les odeurs d'essence et les grondements du métro. En ce qui concerne mon arbre, le miracle récurrent s'est produit cette année sur quatre jours, entre le 7 et le 10 avril. Pas en quelques secondes, mais sacrément vite. Le temps que je finisse de travailler sur la chanson, l'arbre s'était couvert de nouvelles feuilles. Aujourd'hui, quand je regarde dehors, j'ai l'impression de connaître mon arbre un peu mieux et j'en retire une certaine satisfaction. Je lui suis aussi reconnaissant de m'avoir donné une idée.

Le message du clip est une parfaite extension du thème des paroles de ma chanson, en le diversifiant et en le démultipliant. Dans des endroits familiers et ordinaires, en prêtant attention, je trouve de la beauté, vous trouvez des choses qu'on ne peut pas définir aisément, nous concoctons une nouvelle approche, parce que l'avenir arrive à grands pas. Avec ce clip, assemblé par mon ami Baptiste à partir de ces vidéos "maison" que nous avons tous faites pendant cette période particulière, pour illustrer une chanson que mes amis musiciens et moi-même avons enregistrée ensemble mais chacun chez soi, voici une petite tranche de sincérité.

No comments:

Post a Comment